Il y a un peu plus d'un siècle, Nol, un vieux sage est venu quérir un représentant de chaque royaume afin de les conduire sur l'Île de Ji et leur révéler un lourd secret. Tous ne revinrent pas de ce pélerinage et aucun des témoins survivants ne révéla jamais de ce qui leur été arrivé pendant ces quelques jours.
Au fil des ans, les descendants de ces représentants, pour la plupart tombés en disgrâce après leur passage sur Ji, se réunissent et commémorent le secret de l'île : les héritiers.
Le véritable secret s'est pourtant bel et bien dissous, et les héritiers eux-même ne savent que peu de chose des révélations auxquelles leurs ancêtres ont été confrontés.
Pourtant, un siècle plus tard, ils sont soudainement pourchassés par de terribles assassins, les tueurs Züu, dont les motivations semblent inexplicables.

Le récit alterne entre les héritiers qui survivent aux premiers jours de cette traque sans merci. Corenn, la diplomate, et sa nièce Léti, Grigan le guerrier au passé trouble, Bowbaq le géant nordique, Rey le bâteleur et Lana la prêtresse.
Le roman se concentre assez vite cependant sur la fuite de Corenn et de sa nièce, accompagné par Yan un jeune pêcheur amoureux de la jeune fille. Les autres protagonistes rejoignant vite le trio pour former le groupe de survivant.

Le premier tome, sur fond de fuite, poursuite et enquête sur les raisons d'agir des Züu, permet de se familiariser avec les personnages et aussi de créer une unité dans ce groupe aux origines, caractères et talents disparates.
La lecture est facile et les pages défilent d'abord en rythme de croisière, principalement grâce aux personnages qui sont bien construits et assez attachants, tant dans leurs personnalités que dans leurs interactions.
Même s'il faut reconnaître qu' au final, la construction de ce groupe aussi bien que leurs principaux traits de caractères sortent peu des terrains battus auxquels nous sommes habitués. Bref, pas de grande originalité de ce côté là.

L'intrigue est longue à se mettre en place, trop à mon goût et j'ai un peu trainé la patte jusqu'à la découverte du talent caché de Yan (qui est loin d'être une surprise, là aussi c'est un peu tressé avec de la grosse corde) et qui accélère un peu le récit.
Le deuxième tome a déjà un rythme plus soutenu et nous offre lui un peu plus de singularité, avec la découverte du fameux secret mais aussi du super-méchant (un vrai stéréotype d'ailleurs) et de ses motivations.
Grimbert sait mener sa barque, et son lecteur par curiosité, jusqu'à la bataille finale qui réserve finalement peu de surprises elle aussi.

Un premier cycle en 2 tomes qui se suffit à lui-même mais prolongeable par d'autres cycles (Les enfants de Ji, Les Gardiens de Ji).
Je me suis arrêtée là pour ma part, le manque d'originalité malgré une bonne trame de départ, le manque de subtilité / finesse dans les personnages et les procédés de suspens ainsi que quelques longueurs sont venus à bout de mon enthousiasme et ne m'ont pas donné l'envie de replonger pour d'autres tomes.



Pierre Grimbert, Le Secret de Ji, tome 1, Le Secret de Ji, tome 2