Londres, prémices de la Seconde Guerre Mondiale et David, notre héros vient de perdre sa mère.
Le deuil, la souffrance mais aussi la difficulté à accepter que son père aime à nouveau une autre femme, Rose, et bientôt un autre bébé, pousse David à se réfugier derrière sa colère et à se plonger dans les livres.
Exilé pour se protéger des bombardements dans la maison de campagne de Rose, le renfrogné David s'isole plus que jamais. Dans ses errances solitaires, il découvre un étrange passage dans le jardin...

Un conte, plutôt à destination d'un jeune public (ado et  peut-être pré-ado), qui se laisse tout de même bien lire par un adulte.
Et pour cause, John Connolly s'y amuse avec tous les codes et les détourne selon sa fantaisie. L'autre monde, celui de l'autre côté du passage, est par bien des aspects prenant et surprenant.

On découvre donc un monde de conte mais loin d'être féérique, les récits de nos livres n'étant que des versions aseptisées et enjolivées d'une toute autre réalité. Attention, nous sommes loin de Shrek toutefois, même si certain personnages ou contes détournés prêtent à sourire, l'ensemble reste assez sombre, à la limite de la Dark Fantaisy.
Et ces divers détournements permettent d'aborder de nombreux sujets plus ou moins tabous dans le monde des contes où la morale est toujours grande gagnante : la bestialité, le vice, la quête du pouvoir, le meurtre, l'homosexualité...

John Connolly se sert donc de la forme classique du conte dans son récit ( "un jeune héros désorienté perdu dans un autre monde et qui doit sauver le royaume") mais pour atteindre d'autres buts et en égratignant le genre au passage.
Je me retiens pour ne pas vous dévoiler quelques passages assez savoureux, mais je n'aurai pas autant apprécié si l'on avait gâché ma découverte aussi je préfère faire court !

Merci à Leiloona de faire voyager ce livre ! N'hésitez pas à la contacter si vous souhaitez le lire vous aussi :)



John Connolly, Le livre des choses perdues