Rut et Gorm.
Deux origines différentes, deux sensibilités, deux mondes et pourtant un lien inextinguible au fil des années.
Lors de sa première exposition en Norvège, Rut artiste reconnue, croise à nouveau le regard de Gorm. C'est leur septième rencontre...

Le roman, bien qu'épais, se laisse lire paisiblement.
Pas de soif d'aboutissement, bien que l'auteur, après nous avoir plongé rapidement dans cette septième entrevue qui s'annonce comme ultime, nous ramène dans le passé pour nous conter les six précédentes.

Voyage bien utile qui nous dépose dans leurs enfances respectives et retrace leur deux destins, qui à six occasions s'entremêlent, en nous permettant de comprendre à la fois leurs origines, leurs espoirs et expériences et le lien qui les rapproche.

J'ai plongé dans cette nostalgie ambiante, dans la douceur d'une époque révolue, dans la dureté de ce pays de rigueur, froid mais beau. J'ai suivi les désirs de Net et son besoin de créativité, j'ai porté avec Gorm le poids de sa destinée, son échappée belle et son semi-renoncement.
Ce roman ne se décrit pas, ce n'est pas une histoire d'amour banale mais un chassé-croisé bâti sur deux personnages excessivement humains dans leurs solitudes respectives, leurs expériences et aspirations.

J'ai savouré donc même si il faut quelques chapitres pour vraiment se fondre dans le décor et faire le tri dans les personnages.
L'écriture aussi nécessite un petit temps d'adaptation, elle est très sensitive et aucune scène choisie ne doit au hasard, elle a un message à délivrer, un pas dans la compréhension à franchir.
 Wassmø manie excessivement bien et avec une grande subtilité le suspens et la frustration chez son lecteur, mais elle l'accompagne sans le laisser sur ni sur sa faim, ni sur la fin. :)



Herbjorg Wassmø, La septième rencontre

Ce roman a été lu dans le cadre du Prix littéraire des blogueurs 2010. Ma note secrète a été transmise à George Sand.
Les avis des autres membres du jury ICI


10/10 COMPLETED !