Une jeune demoiselle, Laura, s'ennuie seule avec son père et sa nourrice, dans un château lugubre.
Suite à un accident, la famille héberge la jeune Carmilla, jeune fille qui devient vite bonne amie et distrayante pour Laura.
Toutefois, il plane un air de mystère autour de Carmilla ; elle est apparue plus jeune dans un rêve de la jeune demoiselle qui justement devient étrangement souffrante...

Un des premiers romans gothiques sur la thématique vampirique (quelques années avant le mythique Dracula de stoker), et il y a bien trop longtemps que je passais à côté.

Tout dans ce roman est dans le sous-entendu et le non-dit. Quand on le décrypte un minimum, il est même assez osé ; la relation entre Carmilla et sa proie est charnelle, presque érotique.
D'un autre côté, ce mode de narration laisse quelque peu le lecteur dans le flou, et on est jamais vraiment sûr de ne pas voir avoir compris ce qu'on devait comprendre (vous suivez encore). C'est donc un roman qui selon moi doit se lire au moins deux fois, une première pour saisir l'intrigue et courir après, une seconde plus posée pour les nuances et divers éléments implicites.
En ce sens la brièveté que je déplorais de prime abord est un atout, une seconde lecture à la chaîne est plus qu'envisageable.

Au niveau de l'écriture on est en plein gothique, rien qu'au niveau des descriptions on sent vite où on est.
La forme narrative est celle du journal, l'héroïne nous livre ses souvenirs plusieurs années après les faits, comme un évènement marquant mais à la fois douloureux et effrayant.
J'ai particulièrement apprécié certains éléments du récit qui font l'ambiance et l'intrigue, l'histoire du portrait par exemple. Et aussi ce doux suspens qui plane jusqu'au dénouement, alors que l'on sait pourtant bien à quoi s'attendre.

Un court roman (ou nouvelle étoffée on est entre les deux), envoûtant et incontournable de la littérature gothique et vampirique, empreint d'une grande modernité pour l'époque notamment à travers la relation ambiguë entre les deux femmes au centre du récit. À lire, tout simplement !



Sheridan Le Fanu, Carmilla