Les derniers moment d'un couple en pleine rupture lors d'une escapade à Tokyo. C'était prévu et pourtant...
Entre le dépaysement et les lumières de la ville qui veillent sur leurs insomnies, cette tentative de "belle fin" ne peut lutter contre le déchirement et l'étonnement que suscite cet amer délitement du couple.
Entre colère, angoisse de la solitude, l'insupportable présence de l'autre et les moments anodins qui virent à l'affrontement, le narrateur raconte et se souvient non sans un certain mal-être.

Le quatrième de couverture m'avait intrigué et j'avais moi aussi sélectionné ce roman dans la pré-sélection pour le prix. Un air de Lost In translation mais sur un fond de rupture.

Première surprise, ce roman s'intègre dans un cycle de l'auteur. Aussi quand comme moi on débarque avec les personnages à Tokyo on est un peu perdu. L'historique du couple ainsi que (je crois le deviner) certains éléments ne sont pas répétés ici, et j'ai parfois eu du mal à vraiment comprendre certaines allusions, certaines réactions etc... Je pense que mon immersion a eu trop de survols, par manque d'informations, pour pouvoir dire que j'ai été prise dans l'histoire de ces deux personnages à la dérive.

Ma lecture a donc été une vraie lecture consciente, sans émoi et avec pour seul plaisir le style de Toussaint.
Parce qu'il faut reconnaître que le monsieur a une sacrée plume ; presque chirurgicale. Si la vue d'ensemble est peu fluide et le fond parfois abstrait, comme dans mon cas, la lecture est riche et étonne.

J'ai particulièrement aimé son art de mettre en scène le malaise entre ces deux personnages, également sa précision et profusion de détails. Pourtant, certains passages m'ont aussi fait dresser un sourcil, voire même ont provoqué une vraie répulsion (une dose de trivialité qui se juxtaposait mal avec la poésie ambiante de l'instant décrit, une attitude du narrateur qui le décrédibilise...)

Une lecture incomplète et en survol, puisque ce roman n'est qu'une partie d'un tout, ce qui a nuit à ma qualité de lecture. Toussaint a cependant un style marqué et original qui vaut le détour même s'il est autant capable de vous rendre tour à tour admiratif, surpris, écoeuré et pressé d'en finir...



Jean-Philippe Toussaint, Faire l'amour


Ce roman a été lu dans le cadre du Prix littéraire des blogueurs 2010. Ma note secrète a été transmise à George Sand.
Les avis des autres membres du jury ICI


8/10