Le jeune Fitz est deposé au château par son grand-père, abandonné tel un fardeau. A à peine quatre ans, le petit garçon dont le nom signifie "bâtard" n'est reconnu que par cette qualification. Son père, le prince Chevalerie, abandonne sa prétention au trône suite à la découverte déshonorante de ce "bâtard" royal.
Ainsi commence la vie de Fitz, qui suscite déjà rancoeur et rejet. Pourtant, le roi, qui aurait pu choisir de l'éliminer discrètement, décide de s'en faire un allier : un fidèle assassin à son service, et formé depuis son plus jeune âge.
Ce premier cycle de 6 tomes (je vous rassure çà se dévore beaucoup plus vite qu'on ne croit), détaille la jeunesse de Fitz Chevalerie et son apprentissage auprès de son mentor de l'ombre Umbre.
Malgré un certain isolement dû à son statut, Fitz se fera des alliés de taille avec le maître des écuries qui prendra la place de son père, et le Prince Vérité son oncle.
Egalement, le développement de son don particulier qui le lie aux animaux : le Vif, magie considérée comme malsaine et punie de mort.

Cependant, son dévouement à la famille royale, les Loinvoyant, sera mise à rude épreuve : un premier amour et un grand désir de liberté, les contraintes et dûretés de son apprentissage magique et meurtrier, et la sensation grandissante de ne pas être maître de son destin...
Fitz devra pourtant faire un choix, au moment où la situation idyllique du royaume de son enfance bascule : le Prince Royal manigance pour s'accaparer le trône, tandis que les Pirates Rouges ravagent les côtes semant mort et terreur sur leur passage.
Liberté et loyauté s'affrontent, et Fitz devra une nouvelle fois, sacrifier beaucoup lors ce déchirement.

J'ai beaucoup hésité avant de me lancer dans cette saga (13 tomes tout de même au total) et à tort ! Quand j'ai appris cet été (merci beaucoup le vendeur de la Griffe noire) que Robin Hobb était une femme, il n'en a pas fallu plus pour me jeter à l'eau, amoureuse que je suis de la fantaisie féminine !
Fitz m'a donc accompagné l'été dernier, et croyez moi ou pas, mais j'ai même eu le temps de lire d'autres choses.
L'écriture de madame Hobb est un plaisir. Loin de s'attarder sur des détails qui alourdissent elle sait aller à l'essentiel tout en plantant bien son décor et ses personnages et le tout sans excès ou caricature. Son héros est tout ce qu'il y a de plus humain, avec des doutes, des coups de colère, des raisonnements subjectifs... et çà fait un bien fou. Le fond médiéval est lui aussi tout à fait réaliste.
Autant d'éléments qui ajoutés à l'intrigue font qu'une fois accroché aux pas de Fitz, on a bien du mal à lâcher le livre ou à ne pas se ruer sur le suivant.



Robin Hobb, L'Assassin royal, Tome 1 : L'apprenti assassin, L'Assassin Royal, tome 2 : L'Assassin du roi, L'Assassin royal, tome 3 : La Nef du crépuscule, L'Assassin royal, tome 4 : Le Poison de la vengeance, L'Assassin royal, tome 5 : La Voie magique, L'Assassin royal, tome 6 : La Reine solitaire