Lou Bertignac, 13 ans, est une jeune fille surdouée.
Pour un travail scolaire, elle rencontre No. A peine plus agée qu'elle, elle est déjà dans la rue et survit chaque jour.
Cette rencontre, et l'amitié qui en découle, va changer leur vision du monde.
C'est Lou qui raconte, et on ne peut que l'assimiler en un sens à la jeune Paloma de Barbery (L'élégance du hérisson). On retrouve de la même manière des phrases très adultes dans la voix d'une jeune fille dite "très en avance". Cependant, et la différence est sensible, Lou n'est pas un personnage désenchanté. Elle conserve encore son regard d'enfant par moment et surtout les beaux idéaux de l'innocence qui sont déjà bien affectés chez Paloma.
La rencontre avec No est bien amenée et réaliste, on ne peux pas toujours en dire autant pour la suite.

Ce roman traite d'amitié, de l'originale celle qui ne peut lier que deux enfants, de la pauvreté et de la rue aussi, du fait de grandir et de faire face à la réalité du monde.
Je reprochais de prime abord à Vigan le côté un peu bisounours et aseptisé de l'histoire "Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil, changeons le monde"... Mais, à bien y réfléchir, c'est la position de Lou, son regard et ceci peut expliquer cela à de nombreux passages. Ce qui ne m'empêche pas de penser tout de même que l'auteure se cache un peu derrière ce regard adolescent pour se faciliter les choses et se permettre quelques raccourcis simplistes.

Un roman qui peut être intéressant pour les jeunes lecteurs, peut être un peu léger pour les adultes...



Delphine de Vigan, No et moi