Monsieur Tanner vit un grand malheur. Il hérite d'une grande maison, immense maison de son oncle.
Malheur ? Oui. Car la vieille demeure est un peu délabrée et il va falloir procéder à de nombreux travaux.
Monsieur Tanner, n'est pas au bout de ses peines. Sans le savoir, en signant les papiers d'acquisition de sa maison, il signe également l'arrêt de mort de sa raison et de sa situation financière.
Dubois, à travers des portraits d'artisans complètement loufoques (et un peu stéréotypés, il faut le reconnaître) nous fait vivre un chantier à la dérive au grand désespoir de son propriétaire et aux grands rires du lecteur.
En effet, quoique parfois mal dégrossi, ce roman est drôle.
Quiconque a déjà eu à faire faire des travaux chez soi reconnaîtra quelques profils.

Un roman court et amusant qui égaiera le lecteur, à condition qu'il ne soit pas de la profession !

 

Jean-Paul Dubois, Vous plaisantez, monsieur Tanner