Pour quelques temps, je retourne à mes classiques, envie d'une période de relecture pour redécouvrir avec mes yeux d'adultes tout simplement.
Je vous ferais donc part, en supplément, des différences que j'ai pu ressentir entre mon souvenir de première lecture et la récente.


Miss Emma, après le mariage de sa soeur et celui en début de roman de sa fidèle gouvernante, se retrouve seule avec son vieux père à Hartfield.
La jeune fille se prend d'amitié pour une demoiselle "non-reconnue" et élevée par une institutrice : Harriet Smith. Emma est résolue à voir en elle une jeune femme de rang respectable et à faire son éducation sociale en vue de lui assurer un bon mariage.
Après les deux grands classiques de Jane Austen que sont Orgueil et Préjugés et Raison et Sentiments, Emma est une autre variante sur le thème du mariage qui mérite tout autant son succès.
L'héroïne (bien souvent qualifiée tel quel dans le roman), bien qu'ignorante des choses de l'amour, ne se soucie pas de son propre mariage et affirme même à de nombreuses reprises "Je ne me marierai jamais". Sa préoccupation est davantage celle de marier les autres, et de faire ce qu'elle pense être leur bonheur.
Mais malheureusement pour l'infortunée et pour les cibles de ses prédictions, Emma se trompe à chaque fois. Mauvaises interprétations des comportements et désirs de chacun, quiproquos et erreurs de jugement s'enchaînent avec humour et prouvent à Emma, malgré ses bonnes intentions, combien elle méconnait les choses de l'amour. Probablement pour n'avoir jamais été amoureuse elle-même.

Ce roman est cocasse et bien plus drôle que les deux précédents. Les personnages sont encore une fois très vivants et avec des personnalités très marquées (Mrs. Elton est juste insupportable) et l'on suit Emma qui peu à peu change, apprends à écouter son propre coeur plutôt que d'essayer de cerner celui des autres jusqu'à l'heureux dénouement.
Dénouement qui justement, m'avait quelque peu déçue à la première lecture (je voulais tellement la voir mariée au jeune, beau et riche célibataire !) mais je comprends en relisant que même si Austen mutliplie les pistes pour perdre son lecteur quant au destin supposé de l'héroïne, aucun autre dénouement n'était possible et ne pouvait faire son bonheur.
J'ai également plus savouré la personnalité mordante d'Emma qui, quoique bien élevée et tout à fait à l'aise en société, est souvent juge sévère et ironique des gens qui l'entourent.





Jane Austen, Emma