Un tube dans la bouche et les chairs douloureuses, elle cherche le souffle que ses poumons ne prennent plus.
Un réveil douloureux dans une chambre trop bleue, la main de sa mère dans la sienne. Elle qui gémit quand ses yeux s'ouvrent.
Le temps d'accueillir la lumière brûlante, la réalité se replace et elle est vivace, fulgurante. Un instant son coeur bat et fait vibrer tout son corps.

La voiture, pas de clignotant, trop tard.
Sa vision se brouille derrière ses larmes et le plafond disparait. Elles coulent sans perler, en un flot continue que rien ne pourrait arrêter.
Sa mère s'est approchée, pour déposer un baiser sur son front.
La force, sa seule force, pour réussir à lui chuchoter dans un murmure :

Arnaud...

L'intonation n'y est pas et pourtant la famille alentour trésaille. Un vague tremblement, amplifié par le silence qui vient de se faire.
Un écho à l'interrogation qui retombe dans le silence...