Le Papillon des Etoiles est un vaisseau spatial gigantesque, un projet titanesque, destiné à la fuite (et par là même la sauvegarde) de l'espèce humaine.
Jusqu'ici tout va bien, on est dans le roman mi SF mi scientifique, bref du Werber quoi, le style inexistant qui va avec.
Bien parti donc, avec une bonne accroche. Mais comme on dit l'important ce n'est pas l'envol, ce n'est pas la chute, c'est l'atterrissage et là force est de constater que c'est raté et pas à moitié.
Tout va bien jusqu'à la moitié du roman à peu près (et encore si on fait l'effort de rationaliser en permanence : c'est de la SF, c'est de la SF), puis tout s'emballe, on boucle le tout dans la précipitation et on pond une fin toute désignée, pas du tout fine, très mal amenée mais à la hauteur de la bouffonnerie générale.
Préférez lui un bon vieux Métro ou 20minutes, ne serait ce qu'à la version poche, au moins on ne vous trompera pas sur la marchandise.


Bernard Werber, Le papillon des étoiles