Perdre une Plume

Accueil | Avis de lectures | Challenges | Contact

La vie d'une plume

Fil des billets - Fil des commentaires

Sous-catégories

mercredi 27 mars 2013

Dire aurevoir à l'hiver

Depuis quelques mois j'ai choisi de me taire, d'une manière générale et somme toute assez apaisante. Il est après tout bien facile de ne rien dire, en tout cas rien d'important, de laisser filer l'instant et s'échapper les mots qui il n'y a pas si longtemps encore auraient brûlé des pages de carnet ou enflammé un clavier.
Le moment passe, j'oublie et puis je suis toujours là alors quelle différence ?

La différence c'est que je suis toujours pleine de mots, qui s'entassent et qui se cognent, qui s'abîment, forment comme un tas de feuilles automnales et pourrissantes au pied d'un grand chêne silencieux.
J'ai beau les laisser filer, il en viendra d'autres, voilà tout.

Il y a eu aussi ce moment, pénible, où je me suis dis à quoi bon ? Les silences ne laissent que des regrets.
Alors j'ai essayé de faire mieux, bien si possible même.

J'ai résisté à la frustration de l'instant, à la colère parfois brûlante de m'en prendre aux autres, à leur bêtise et à leur indélicatesse. Je n'ai cédé aux larmes que quelques instants, rendant parfois les armes plutôt que de me battre contre des moulins à vent. Des pleurs égoïstes et exutoires mais qui m'ont aussi donné de la force. Celle de dire merci, parce qu'on ne dit pas adieu à une partie de soi.
J'ai fait de mon mieux et déjà ce n'est pas rien.

J'ai regardé dans les yeux la part joyeuse de mon enfance, celle faite de gâteaux, de main plongée dans la boîte à bonbon, de tuyaux d'arrosage farceurs dans le jardin, de petit-déjeuners au Van Houten et j'ai souri.
J'ai vu trouble à travers ma nostalgie et cette tendresse qui semble si lointaine maintenant.
Je suis restée debout face à ma propre mortalité, me demandant comment le temps peut passer si vite, nous rendre si forts d'expériences, si riches de souvenirs et si fragiles à la fois.
Je lui ai tenu la main, la peau douce et veloutée sous mes doigts, mais un peu froide comme un hiver qui s'en va.

J'ai dit aurevoir à l'hiver pour être capable d'accueillir le printemps et je m'émerveille peu à peu de son arrivée progressive.
La lumière devient chaque jour plus vive, le jardin se pare de couleurs de-ci de-là et je ré-apprends à respirer à plein poumons, à relever les épaules et le menton.
Je pense à l'hiver derrière moi, je sais qu'il n'est pas très loin, que ce n'est qu'un nouveau cycle qui commence et je trouve ça rassurant.
Je vais faire de mon mieux et déjà ce ne sera pas rien.



IMG_20130326_182916.jpg
Un iris pour ma petite mamie qui aimait tant les fleurs et son jardin.

lundi 14 janvier 2013

Books

mercredi 9 janvier 2013

3 voeux pour une année en 3

Parce que ce sera encore une année merdique financièrement, parce qu'on ne sera pas meilleur du jour au lendemain en un claquement de doigt, parce qu'on n'arrêtera pas de fumer, de boire ou de se droguer sans souffrir, parce que les cons qui nous pourrissent le quotidien seront toujours là, parce qu'on va se tromper, tomber et se relever, parce qu'il va cette année encore nous arriver des choses graves et tristes qui sont le lot de la vie je ne peux nous souhaiter que 3 petites choses, infimes et pourtant si essentielles...

Lire la suite...

mardi 13 novembre 2012

Rebond #1

Même quand je ne suis pas super présente ici, je passe somme toute un temps considérable sur le web, sur vos blogs notamment.
Discrètement ou non vos articles me donnent des idées de lecture, des envies de shopping, des sorties ciné à programmer, matière à réfléchir souvent... J'ai décidé d'en faire mes "Rebond"

Il y a quelque temps je suis tombée sur cet article de Mrs Clooney (que je vous invite à lire d'ailleurs elle a une plume délicieuse et un regard tout particulier sur la vie).
L'histoire de ce couple, déchiré sur son canapé à cause du site de rencontre Parship m'a vraiment touché et donné à réfléchir.

On les voit fleurir sur le net, Parship dans l'exemple comme tant d'autres, et je vois leur intérêt. Sincèrement. Je connais au moins un couple qui s'est rencontré et qui fonctionne grâce à un tel site, une connaissance aussi qui par leur biais à gagner en confiance dans ses relations avec l'autre sexe.
Je cerne leur nécessité dans ce monde moderne où tout va trop vite, où l'on s'isole les uns des autres et où la drague ouverte n'est pas aisée pour tout le monde (et d'ailleurs certains devraient même s'en abstenir !).
Bref je ne remets pas en cause leur existence loin de là.

Ce que je trouve terrible et qui ressort dans cet article, c'est qu'ils ont amené autre chose dans leur bagage : la tromperie préméditée.
Que ce soit dans le cadre d'un mariage ou pas, ces sites de rencontres ôtent toute possibilité d'accidentalité. C'est une démarche qui ne peut être que volontaire et qui ne laisse aucune place au doute.
Cette notion de préméditation est violente et indiscutable dans ce genre de cas et je la trouve vraiment cruelle quel que ce soit l'état du couple en cause.
Certes la trahison en elle-même est blessante pour celui qui en souffre ça ne change rien à ça, je me dis juste qu'elle n'en est que plus aigüe pour le coup.

Sûrement un peu trop d'empathie une fois de plus, je me suis mise à la place de cette femme qui a sans doute bien des torts elle aussi face à son mari sûrement négligé et malheureux, et c'est là que j'ai ouvert les yeux sur cette préméditation si douloureuse à accepter, peut-être même plus que l'acte en lui même au final...

C'était la pensée ultra enthousiaste et positive du jour, ne me remerciez surtout pas !

vendredi 3 août 2012

To Do List

- Se remettre à la photo
- Lire au bord de la piscine
- Prendre le temps d'écrire un peu plus
- Grappiller des pêches un après-midi
- Fêter quelque chose au champagne
- Conduire plus souvent
- Faire un concours de pépins de pastèque
- Un apéro sur la plage
- Améliorer mon espagnol
- Faire (enfin) mes examens
- Une ballade en bateau
- Avoir le temps de porter tous mes maillots de bain cet été
- M'offrir une voiture
- Planter des bambous
- Griller de la dorade un soir
- Quelques heures sur un court à améliorer mon service
- Me faire couper les cheveux
- ...
- Avoir le temps de faire tout ça en 3 semaines !

mardi 24 juillet 2012

[Redif de l'été] Dis, qu'as-tu fait, toi que voilà, de tes amis de jeunesse ?

1346107832.jpg

On oublie, on passe à autre chose, on avance quitte à laisser derrière, heureux même parfois, soulagé de le faire...
On trace un trait, parfois épais, grinçant des dents et on s'en fout aussi bien souvent.
On se croise sur Facebook, quand on ne refuse tout simplement pas l'invitation, on passe sur ces murs dont les vies ne nous parlent plus... on ne laisse pas de message et on passe à autre chose.
Autre chose.
On oublie les noms, les visages mais à chaque fois on s'oublie un peu soi aussi non ?
On voit des amis qui n'en sont plus, de loin, sans que soit la faute de personne mais sans vouloir y faire quoi que ce soit non plus.
L'ordre des choses.
Mais au final, bien souvent, même quand on essaye de réparer, recoudre les morceaux défaits, relier les fils déchirés on échoue lamentablement.
Assez cruellement, on reste loin même assis juste de l'autre côté de la table.
Mal à l'aise pour cette proximité qui n'existe plus, étranger à l'autre malgré l'envie, envers l'effort.
Alors on se résigne, on reste triste de loin et on refuse les invitations FB suivantes...

Et pour la référence tout de même : Le ciel est par dessus le toit

Le ciel est par-dessus le toit,
Si bleu, si calme !
Un arbre par-dessus le toit berce sa palme.
La cloche dans le ciel qu’on voit, doucement tinte.

Un oiseau sur l’arbre qu’on voit
Chante sa plainte.
Mon Dieu, mon Dieu, la vie est là, simple et tranquille.
Cette paisible rumeur-là
Vient dans la ville.

- Qu’as-tu fait, ô toi que voilà
Pleurant sans cesse
Dis, qu’as-tu fait, toi que voilà,
De ta jeunesse ?

Paul Verlaine (Sagesse, 1881)

dimanche 17 juin 2012

Un week-end comme il en faudrait plus

Se prélasser sur une plage peu fréquentée / S'offrir un nouveau sac à main / Dire "bonne fête papa" / Faire un barbecue en soirée / S'endormir avant 22h sur le canapé / Terminer un livre / Nager, nager et nager / Lézarder au bord d'une piscine / Se balader à Argelès / Manger un 280 / Se refaire les ongles / Une sieste dans le jardin / Recevoir un colis / Souhaiter un bon anniversaire via Skype / Se faire un calin au réveil / Tomber de sommeil / Faire de la confiture d'abricots / Boire l'apéro / Se faire couler un bain / Aller voter / Se promener à vélo / Dire 20 fois "il fait trop beau" / Étendre une lessive au soleil / Essayer de repérer une cigale sur un arbre / Tailler ses rosiers ....

Et faire tenir tout çà dans un seul week-end :)

IMG_0311.JPG


Get The Party Started by Damien Rice on Grooveshark

jeudi 24 mai 2012

À mon âge, on n'est plus à une cuite près...

Ce soir ce sera la première fois en 22 ans (depuis quelques années) que je passe cette soirée seule...

J'ai le choix entre le mode vieille fille, pot de macadamia nut brittle sous la couette et dvd au chamallow rose (genre Bridget Jones ou Pride & Prejudice histoire de rester dans le cliché)...

Lire la suite...

mardi 28 février 2012

En toute discrétion

(...ce qui somme toute est une manière élégante de dire que j'avais zappé total...)

Ma modeste maison virtuelle a fêté ses 5 ans au début de ce mois, çà ne me rajeunit pas tout çà ! Et pour la peine comme on approche aussi des symboliques 3000 commentaires, l'heureu(se)x 3000ème posteur aura le droit à un petit cadeau (pour peu qu'il habite en Europe, faudrait voir à ne pas pousser le bouchon dans les orties non plus) !

Oui oui je sais, je suis trop génialissime tout çà je vous fais un cadal par an autant en profiter pour me balancer quelques fleurs, çà peut toujours jouer en votre faveur en cas d'exequo on ne sait jamais !

Pour témoin la gagnante du colis de l'année dernière Nana, je cite "Wahoo trop bien y'avait trop plein de trucs dans mon colis surprise j'ai kiffé ma mère" (enfin à peu près c'était par téléphone je n'ai pas de trace écrite)

À vous de jouer ! Faites péter le highscore comme on dit

jeudi 16 février 2012

Pas de poker tant que je ne vois pas le bout du tunnel (entre autre)

Je me considère comme quelqu'un d'assez terre à terre, de rationnelle, d'ancrée de tout son être dans la réalité (même si comme tout le monde je fais ce qu'il faut pour m'en échapper parfois mais de manière intentionnelle), d'analytique, de réfléchie peut-être même un peu calculatrice je le reconnais, cartésienne...

Quelqu'un qui n'étale pas particulièrement ses sentiments, qui les dissimule même avec une certaine facilité au besoin, qui n'est réellement spontanée qu'en confiance et terrain sûr, expressive surtout pour faire plaisir (ou pour râler oui oui ça va, je sais que çà je sais faire !)...

Et pourtant, depuis toujours, je suis victime de peurs irrationnelles, de bouffées d'angoisse incontrôlables qui une fois passées me mettent hors de moi, mi-colère mi-honte de n'avoir su se contrôler...
Il faut que je vois le bout d'un tunnel, c'est comme ça.
Il faut absolument que j'aie le hublot dans l'avion, cherche pas.
Je n'approche pas à moins de 3m d'une araignée, oui même petite comme ça.
Je dois descendre de ce wagon de métro là tout de suite, je ne l'explique pas.

C'est ridicule, instinctif, j'en perds toute raison et la grande adepte du contrôle que je suis en devient verte de rage à chaque fois. Mais même en "prenant sur moi" même en rationalisant au possible, même en me préparant, rien à faire. Le moment venu, quand l'angoisse naît mon esprit s'évapore, ne reste plus qu'un corps et une émotion qui submerge l'ensemble.

Ce n'est pas vraiment de la phobie, parce que ce n'est pas systématique : un tunnel que je connais bien ne me fera rien, l'araignée c'est au feeling et en fonction du lieu où je me trouve, l'avion me fait plus ou moins d'effet selon les circonstances et les bouffées d'instinct de survie dans les transport sont très aléatoires... Bref ce n'est même pas prévisible !

Je ne me suis jamais vraiment posée la question du "pourquoi", remonter à l'enfance et autre psychologie de comptoir parce qu'au fond je m'en fous un peu. J'ai beau me décevoir à chaque épisode, je sais que ça fait partie de moi et que j'ai beau vouloir le contraire (ou tout du moins le faire croire) j'ai des faiblesses comme tout à chacun.
Il m'a déjà fallu du temps pour en arriver là, c'est déjà un sacré pas.



Poker Face by Glee Cast on Grooveshark

- page 2 de 32 -