Perdre une Plume

Accueil | Avis de lectures | Challenges | Contact

lundi 26 septembre 2016

Divergente : Quatre

Nous sommes quelques années avant que Tris ne vienne bouleverser le système des factions. Lors de la cérémonie du Choix, un jeune Altruiste se dresse contre sa famille et choisit de quitter sa faction pour rejoindre celle des Audacieux. Il abandonne son prénom, Tobias, et devient Quatre. Une nouvelle vie s'offre à lui, faite de liberté, mais aussi de dangers. Car ce qu'il découvre chez les Audacieux est propre à mettre en péril son avenir, et celui de la ville tout entière.

Deux ans plus tard, Quatre est en charge de l'initiation des novices. La première à relever le défi, la première à se jeter dans le vide, est une jeune Altruiste ; elle se prénomme Tris et pourrait bien être celle qui va changer sa vie…

Un tome spin-off raconté du point de vue de Quatre, le héros masculin de DIVERGENTE, qui commence avant les événement du tome 1 jusqu'à sa rencontre avec Tris.

Ce n'est pas un secret j'ai adoré et dévoré cette saga (avec un petit coup de mou sur le deuxième tome je le reconnais) au moment de sa sortie. Je suis un peu moins fan de films et ce HS a donc été l'occasion de se replonger dans l'univers d'origine façon Veronica Roth et non pas façon hollywoodienne.

Je ressors ravie de cette lecture, quoiqu'un peu brève.
Si on connait l'historique de Quatre et qu'on a une idée de la vie de Tobias, là on est en plein dedans et c'est agréable de découvrir le cheminement qui en a fait le Quatre qu'on connait dans la saga Divergente.
La partie concernant sa propre formation chez les Audacieux et surtout la mise en place de la dualité avec Eric et de quelle manière celui-ci a finalement accédé aux cercles des leaders de la faction... Bref c'est clairement en lien avec la saga, les nouvelles enrichissent même agréablement celle-ci sur tout le back-ground avant l'entrée en scène de Tris tout en permettant de découvrir un Quatre bien différent mais plus intime, en construction.

On termine avec un petit bonus pour les fans, des scènes de la saga depuis le point de vue Quatre.
C'est surtout cette part là que j'attendais en bonne fan mais ce n'est finalement pas celle que je retiendrais le plus. Ce fut un plaisir évident de revivre ces moments et surtout depuis les yeux de Quatre mais j'ai trouvé ça moins enrichissant que les nouvelles sur la jeunesse de Quatre.

En résumé c'est un très bon HS que nous offre Roth, si vous avez aimé la saga n'hésitez pas, vraiment.



Veronica Roth, Divergente raconté par QUATRE

***Du même auteur***
Divergente :
Tome 1 : Divergente
Tome 2 : Insurgés
Tome 3 : Allégeance

vendredi 23 septembre 2016

La Conspiration, Tome 1

À bientôt dix-sept ans, Avery n’a jamais vraiment eu d’amis, et encore moins de petit ami. Difficile de blâmer sa mère, la seule famille qu’elle ait, et les perpétuels déménagements que son travail dans l’armée lui impose…
Mais l’arrivée au lycée de deux nouveaux, Jack et Stellan, va bouleverser la vie d’Avery en un temps record : elle désobéit à sa mère et se rend sur l’invitation de Jack au bal de promotion, où Stellan et lui la convainquent de venir avec eux à… Istanbul.
Ce voyage en Europe va la mener de révélation en révélation, la première étant que sa mère n’est pas sa seule famille, loin de là. Les yeux violets d’Avery la désignent en effet comme apparentée au Cercle des Douze, une puissante société secrète descendant des douze généraux d’Alexandre le Grand. Elle serait même l’Élue d’une prophétie dont la réalisation pourrait bien faire basculer le monde dans le chaos…
De Sainte-Sophie au musée du Louvre, en passant par la boutique Prada de l’avenue Montaigne, Avery, chaperonnée par Jack et Stellan, va jouer au jeu de l’amour et de la mort dans l’univers strass et paillettes d’une jet-set aux racines millénaires et qui ne reculera devant rien pour parvenir à ses fins.

Un quatrième de couv' alléchant, intrigue et aventure au rendez-vous !

Au final nous sommes clairement sur un tome de mise en place, il y a de l'action mais on sent encore certains contours flous et des points qui vont s'affiner avec le développement de l'intrigue.
Je ne suis pas une grande fan de l'univers conspirationniste, je n'ai jamais vraiment accroché avec Dan Brown (j'ai tenté comme tout le monde ou presque Le Da Vinci Code), et pourtant j'ai pris plaisir avec ce premier tome.

Les personnages (principalement Avery et Jack) sont attachants, j'attends là aussi de les voir évoluer et prendre un peu d'épaisseur par la suite, surtout Avery que j'ai trouvé touchante mais un peu superficiellement naïve parfois.

Je ne mets donc que 3 étoiles pour ce premier tome, il n'est pour moi qu'une base de lancement pour l'intrigue et j'attends donc beaucoup du prochain tome. Je reconnais aussi que j'aurai davantage apprécié un premier tome plus solide et qui nous laisse un peu moins dans le flou...

Merci aux éditions Robert Laffont et tout particulièrement à l'équipe de la Collection R pour cette lecture.



Maggie Hall, La Conspiration T. 1

vendredi 16 septembre 2016

[BD]Les vieux fourneaux, tome 3 : Celui qui part

Après deux albums en 2014, voici le troisième tome, très attendu, des Vieux Fourneaux ! Lupano et Cauuet se penchent cette fois sur le cas de Mimile, qui a passé sa vie à bourlinguer dans le Pacifique, entre bourre-pifs, rugby et amitiés au long court. Pirate un jour, pirate toujours ! En parallèle: Pierrot et son collectif "Ni Yeux Ni Maître" jouent les abeilles tueuses, et Sophie apprend qu'à la campagne, on ne prend pas ses œufs de poule chez les vieilles chouettes. Bref, les "vieux fourneaux" sont de retour, pétant la forme !

Le retour des papys de la bédé !

Je suis vraiment fan de cette saga et les deux premiers tomes ont été de véritables coups de cœur, ce troisième opus s'est fait attendre et pas pour le mieux, je l'ai trouvé un peu en deçà des deux précédents.
J'ai pris plaisir à retrouver Mimile, Pierrot et les autres (et puis le petit clin d’œil à la boulangerie du premier tome m'a vraiment fait rire), l'ambiance est toujours là mais j'ai trouvé le scénario de ce tome un peu moins prenant et les répliques un peu moins percutantes.

Alors oui rassurez-vous c'est toujours aussi déjanté et je me suis tout de même régalé, juste un peu moins que ce a quoi cette saga m'avait habitué.
Il s'avère d'ailleurs que celle-ci n'est pas une trilogie, on aura donc d'autres tomes (youhou !!), espérons donc que ce n'est qu'un petit coup de mou !

Et puis un petit extrait pour la route ! :
- Il a un truc en travers de la gargagnole, ton paternel. Quelque chose qui s'est passé. Quand il était petiot, c'était un amour, et puis, à l'adolescence, c'est devenu une sorte d'Attila en baskets.
- Mamie m'a raconté un peu. Mais elle m'a pas dit pourquoi il avait changé.
- Mais parce que personne ne sait ! Après, quand il a eu 17 ans, il nous a traités de "vieux cons de gauchos préhistoriques", ton grand-père et moi, ce qui a mis un terme à nos rapports.
- Aïe.
- Ouais. Qu'il dise ça à ton grand-père, passe encore : c'est vraiment un vieux con de gaucho préhistorique ! Mais à moi, qui ai une pensée politique beaucoup plus fine, franchement, c'est exagéré, non ?



Wilfrid Lupano, Les vieux fourneaux, tome 3 : Celui qui part

***Du même auteur***
Les vieux fourneaux :
Tome 1 : Ceux qui restent
Tome 2 : Bonny and Pierrot

jeudi 15 septembre 2016

Beaucoup de beaux bébés

Des bébés
Beaucoup de beaux bébés
A regarder page après page
Pour arriver enfin à celui
Que tu connais le mieux...

Un imagier non pas dessiné mais photographié !

Et qui allie esthétique et pédagogie, qui dit mieux ?
Sérieusement c'est un plaisir de parcourir ce livre avec son enfant, les photos sont magnifiques, toutes en noir et blanc : bébé qui pleure, bébé qui dort, les pieds de bébé... pour finir sur un miroir qui fait du petit lecteur la dernière représentation bébé du livre (ce qui ici l'amuse beaucoup) !
Jusqu'à présent c'est le seul imagier "expression" que j'ai croisé en rayon premier âge, le premier photographié également ; une petite pépite...

Le livre a été réédité en cartonné de manière à survivre aux petites mains malhabiles, je vous conseille vivement ce format !



David Ellwand, Beaucoup de beaux bébés

mercredi 14 septembre 2016

Bertrand et Lola

Pourquoi Lola a-t-elle sonné à cette porte ? Pourquoi Bertrand a-t-il ouvert ? Comment peut-on tomber amoureux en dix secondes ?
Durant quelques heures d'un bonheur insoupçonné, Bertrand et Lola vont s'aimer et tout oublier. Lui, qu'il est photographe, épris de liberté. Elle, qu'elle est hôtesse de l'air, sur le point de se marier. Pourtant, ensemble, ils prennent la plus sage et la pire des décisions : poursuivre leur chemin et leurs carrières respectives.
Mais quand on est envahi par un si grand amour, tout devient plus fort, l'absence, le manque, l'attente, le besoin, le remords. Piégés dans leur propre vie, comment Bertrand et Lola pourront-ils se libérer ?

J'avais entendu grand bien de ce roman et gardant un bon souvenir de Barbérat avec ma précédente lecture je me suis lancée !

Au final si ça se laisse lire c'est tout de même sans plus et à mes yeux bien loin de l'excellent L'instant précis où les destins s'entremêlent.
Je n'ai pas de reproches précis à faire à ce roman, il ne m'a juste pas emportée comme je l'aurai aimé et je ne pense pas que j'en garderai souvenir très longtemps.

Les deux personnages sont intéressants et leur amour particulier -entre culpabilité et désir - aurait pu être bien plus prenant si la trame de fond n'était pas tant cousue de fil blanc... C'est lent et sans surprise !

Heureusement que ça reste bien écrit et que le personnage de Lola est particulièrement réussi sinon ça aurait été un vrai fiasco pour moi...



Angélique Barbérat, Bertrand et Lola

***Du même auteur***
L'instant précis où les destins s'entremêlent

mardi 13 septembre 2016

Les 100, tome 3 : Retour

Survivre. Le manque d'oxygène à bord de la Colonie a déclenché une panique meurtrière. Seuls les plus chanceux ont pu emprunter les dernières navettes partant en direction de la Terre.
Aimer. Cette nouvelle apocalypse plonge les 100 dans l'angoisse : qui parmi leurs proches a survécu à l'atterrissage ? Les retrouveront-ils à temps ?.
Manipuler. Bien décidé à conserver le pouvoir, le vice-chancelier n'hésitera pas à faire taire quiconque tentera de lui résister.
Combattre. Prêts à tout pour garder leur nouvelle liberté, Clarke, Bellamy, Wells et Glass devront chacun affronter leur destin pour sauver leur idéal. L'ultime compte à rebours a commencé.

Nous voici enfin au final attendu, bilan quelque peu mitigé là encore !

Soyons honnête, ce dernier tome démarre très fort et nous tient tout de même en haleine sur la longueur, un bon page-turner.
On a envie de connaître la fin et on la redoute à la fois !

Le tout se lit donc très vite et avec avidité. La confrontation entre les personnages des deux univers jusqu'ici distincts et les face-à-face qui en résultent sont prenants.
On est désormais plus qu'à l'aise avec les personnages POV et a vraiment envie de savoir comment ils vont s'en sortir.

Si je n'ai rien à redire une fois encore sur la qualité d'écriture de Kass Morgan et si je suis plus satisfaite du rythme de ce dernier tome je suis un peu déçue par son final à dire vrai...
L'auteure nous laisse sur une fin trop ouverte à mon goût. Clairement un petit chapitre de plus sur l'avenir des 100 pour clôturer vraiment cette saga n'aurait pas été de trop.
Pour le coup je suis restée sur une sensation de fin bâclée, de récit inachevé et ce n'est pas un sentiment qu'un lecteur apprécie après 3 tomes !

Merci aux éditions Robert Laffont et tout particulièrement à l'équipe de la Collection R pour cette lecture.



Kass Morgan, Les 100, tome 3: Retour

***Du même auteur***
Les 100, tome 1
Les 100, tome 2 : Le 21ème jour

lundi 12 septembre 2016

Extraits choisis #65

Ses yeux, son visage, son corps entier s'embrasent d'un sentiment impossible à conquérir, impossible à vaincre, immortel. La racine de son courage. La fondation de toute vie. La joie.

Rick Yancey, La 5e Vague, tome 3 : La dernière étoile

vendredi 9 septembre 2016

Charley Davidson HS : Parce que j'ai pêché

De courts récits qui vous permettront de replonger dans les univers des plus grands noms de la bit-lit ! Dans Parce que j'ai pêché, retrouvez la Faucheuse hors pair, Charley Davidson, de Darynda Jones.

Un petit ebook à moins d'un euro dans l'univers de Charley Davidson ? Pourquoi s'en priver !

Et "petit" le mot est juste, aussi bien pour le prix que pour le contenu, c'est très très vite lu !
Le gros réconfort c'est que à la différence de certains HS qui se concentrent sur d'autres personnages, là on est bel et bien centré sur Charley mais du point de vue du fantôme qu'elle va devoir aider.
Pour le coup nous n'avons plus le droits à ses pensées (incohérentes ou non :p ) à elle mais à ce qui transparait d'elle depuis un regard extérieur et j'ai trouvé cela très appréciable.

L'intrigue en soi ne fait pas avancer la trame de fond de la saga, on peut très bien ne pas lire cette nouvelle et passer au tome suivant (personnellement je l'ai lu entre le tome 6 et 7 et il m'a semblé que le timing était bon). Reste que cette nouvelle apporte un autre regard, une certaine fraicheur et encore un peu plus de fantaisie ! Je sais que pour les prochains tomes je percevrais différemment les personnages morts et ce qu'ils peuvent ressentir / percevoir.

J'ai donc passé un bon moment, ce qui n'est pas rare avec Darynda Jones ! L'exercice du changement de point de vue est réussi et je fantasme déjà sur un autre HS point de vue Reyes (omg !!!).



Darynda Jones, Parce que j'ai péché

***Du même auteur***
Charley Davidson :
Tome 1 : Première tombe sur la droite
Tome 2 : Deuxième tombe sur la gauche
Tome 3 : Troisième tombe tout droit
Tome 4 : Quatrième tome au fond
Tome 5 : Cinquième tombe au bout du tunnel
Tome 6 : Au bord de la sixième tombe

jeudi 8 septembre 2016

Harry Potter and the cursed child

Etre Harry Potter n'a jamais été facile et ne l'est pas davantage depuis qu'il est un employé surmené du ministère de la Magie, marié et père de trois enfants. Tandis que Harry se débat avec un passé qui refuse de le laisser en paix, son plus jeune fils, Albus Severus, doit lutter avec le poids d'un héritage familial dont il n'a jamais voulu. Le destin vient fusionner passé et présent. Père et fils se retrouvent face à une dure vérité : parfois, les ténèbres surviennent des endroits les plus inattendus.

Voilà voilà ! Comme pour les Reliques de la Mort je n'ai pas pu attendre la sortie française et je me suis donc jetée sur la version originale cet été.
Je vous préviens de suite, je suis fan de la première heure, mon avis en sera obligatoirement impacté !

C'était une grande joie de retrouver l'univers d'Harry Potter, une joie pleine d'attente, d'impatience et d’appréhension à la fois ; une vraie gamine quoi !
J'avais surtout peur d'être déroutée par ce format narratif, passer du roman à la pièce de théâtre ce n'est tout de même pas rien !

Au final c'est certes différent, ça allège et simplifie la lecture également (du coup pour les lecteurs peu habitués à lire en anglais et effrayés par la langue peuvent se rassurer, c'est franchement accessible puisque qu'à quelques indications scéniques près ce sont des dialogues !). Rien de choquant pour moi, j'ai aussi apprécié ce format qui apporte autre chose.

On replonge de suite dans l'univers HP cher à Rowling, et j'ai trouvé ça très fidèle au niveau des détails (oui on peut être pointilleux sur certains éléments mais globalement c'est raccord), de l'ambiance, des lieux etc... On retrouve également la quasi intégralité des personnages de la saga et là c'est un pur bonheur !
Là où certains ont pu être dérouté c'est que :
- jusqu'à présent on suivant Harry et sa bande d'une année sur l'autre dans une sorte de continuité qui est ici rompu puisqu'on fait un bond de 19 ans dans le temps
- Harry a toujours été le personnage central des intrigues, dans cet opus c'est son fils Albus qui tient le rôle principal
A partir du moment où on intègre ses différences on ne peut que savourer cette lecture à mon sens.

Certes Rowling n'a pas écrit l'intégralité de ce tome 8 mais tout le monde n'a pas des talents de mise en scène ou d'écrivain de théâtre, je trouve ça plutôt intelligent de sa part d'avoir cédé la main...
Surtout qu'au final pour moi l'essence même de la saga est là et le but est atteint. Ce que j'admire dans la saga HP c'est qu'elle a su évoluer avec ses lecteurs, chaque tome grandissant avec son lectorat : la lecture devient plus complexe, les intrigues plus fournies, les problématiques plus adultes, les conséquences plus graves de tome en tome. Nous avons donc suivi Harry avec ses préoccupations de petit garçon, puis d'ado et de jeune adulte pour finalement le retrouver ici en père et la grosse thématique du tome c'est la parentalité, la relation père-fils. A mes yeux c'est là qu'on touche au génie et c'est ce qui explique le succès de cette saga.

Pour moi c'est donc bien dosé entre la nouveauté et la saga existante ; on retrouve ce (et ceux) qu'on a apprécié dans la saga et en même temps Albus est très différent de son père.
A bien y réfléchir, nous serions-nous vraiment régalé avec un petit Harry Potter Junior ? Ou aurions-nous crié au scandale, à la redite purement commerciale ?



Jack Thorne, John Tiffany & J.K Rowling, Harry Potter 8 : Harry Potter and the Cursed Child Parts 1 & 2 : The Official Script Book of the Original West End Prod

***Du même auteur***
Une place à prendre

mercredi 7 septembre 2016

Les 100, tome 2 : 21ème jour

Cela fait vingt et un jours que les 100 ont posé le pied sur la Terre. Ils sont les premiers humains à fouler le sol depuis des siècles... C'est tout du moins ce qu'ils croient. Face à un ennemi invisible, Wells fait de son mieux pour garder le groupe soudé. Clarke part en expédition sur le mont Weather à la recherche d'autres Colons, tandis que Bellamy est déterminé à sauver sa soeur, quel que soit le prix à payer. Restée à bord du vaisseau en orbite, Glass se trouve confrontée au pire des choix imaginables entre l'amour de sa vie et la vie elle-même.
Dans cette suite haletante du premier tome de la série Les 100 de Kass Morgan, des secrets vont être révélés, des certitudes bousculées et des relations mises à rude épreuve. Et les 100 vont devoir lutter pour survivre de la seule manière qui soit possible : ensemble.

Même si j'ai pris plaisir à lire ce second tome c'est tout de même un bilan mitigé au final.

Commençons par les points positifs : c'est toujours aussi bien écrit et malgré quelques longueurs ça se lit bien, les flash-back apportent beaucoup à l'intrigue et certains personnages y gagnent en épaisseur (on s'éloigne un peu des clichés ados en leur donnant un vrai background et c'est tant mieux !), on a plus d'actions que dans le premier tome, le rebondissement final est juste grrrr et on est plus qu'impatient de lire le tome 3 !
On alterne toujours entre les divers points de vue des personnages et ce tome m'a permis de m'attacher à l'intrigue "spatiale" alors que pour le premier tome j'étais plus en attente des points de vue "terrestres", ce tome est donc à mon avis plus équilibré entre les deux parties.

Ce qui l'est moins : on est vraiment dans un tome de transition et ça se sent... Jusqu'au fameux rebondissement final on a peu de surprise, l'action est là mais c'est attendu pour ne pas dire un peu réchauffé par moment et c'est dommage.

J'attends toutefois le final avec une certaine impatience, j'espère qu'il sera à la hauteur et surtout à la fois original et surprenant. Kass Morgan a amorcé une trilogie sur un super concept, elle a de la matière et une bonne qualité d'écriture, on n'en attend donc pas moins !

Merci aux éditions Robert Laffont et tout particulièrement à l'équipe de la Collection R pour cette lecture.



Kass Morgan, Les 100 - Livre 2 : 21ème jour

***Du même auteur***
Les 100, tome 1

- page 1 de 122