Perdre une Plume

Accueil | Avis de lectures | Challenges | Contact

vendredi 17 juin 2016

Merry Gentry, Tome 7

Je suis Meredith NicEssus, princesse Fey, détentrice des Mains de Chair et de Sang et surtout, je suis enceinte de jumeaux, sésame de mon accession au trône Unseelie.
Ces enfants à naître ont été engendrés par cinq de mes gardes mais mon Oncle, Taranis, Roi de la Lumière et de l’Illusion, prétend en être le père. Aujourd’hui, sa folie est une menace pour mes hommes comme pour mes héritiers…

Soyons honnête, j'ai de plus en plus de mal avec cette saga et même si quelques points me poussent à la finir c'est surtout le "j'ai déjà lu 6 tomes" qui me motive à la terminer...

Hamilton est partie bien trop loin pour moi je crois... J'aime sa vision du monde Faë, la plupart de ses personnages mais tout ça se retrouve bien trop souvent noyés sous des délires psychédéliques-magico-féériques franchement zarb et des parties de jambes en l'air à n'en plus finir. Voilà pour le contexte de la saga !
Concernant ce tome, j'avais un peu peur qu'elle retombe dans ses travers après s'être relativement bien contenue sur le tome 6 et c'est un peu le cas sur la première moitié de tome malheureusement.
Ça s'accélère sur la seconde moitié et l'intrigue avance bien, on pense même lire un tome de fin de saga en toute honnêteté donc le plaisir est au rendez-vous ! Hamilton aurait du pu en rester là mais... mais non. Allez savoir pourquoi, si elle ne sait pas s'arrêter, ne veut pas abandonner ses personnages ou si elle a une vraie idée derrière la tête mais elle rebondit au dernier moment.

Pour le coup je suis vraiment perplexe sur ce tome 8 dans ma PAL !



Laurell K. Hamilton, Merry Gentry, Tome 7 : Les ténèbres dévorantes

***Du même auteur***
Anita Blake :
Tome 1
Tome 2
Tome 3
Tome 4
Tome 5
Tome 6
Tome 7
Tome 8
Tome 9
Tome 10
Tome 11
Merry Gentry :
Tome 1
Tome 2
Tome 3
Tome 4
Tome 5
Tome 6

lundi 13 juin 2016

Je t'ai rêvé

Vous, les gens normaux, êtes tellement habitués à la réalité que vous n'envisagez pas qu'elle puisse être mise en doute. Et si vous n'étiez pas capables de faire la part des choses ? Jour après jour, elle se retrouve confrontée au même dilemme : le quotidien est-il réel ou modifié par son cerveau détraqué ? Dans l'incapacité de se fier à ses sens, à ses émotions ou même à ses souvenirs, mais armée d'une volonté farouche, Alex livre bataille contre sa schizophrénie. Grâce à son appareil photo, à une Boule Magique Numéro 8 et au soutien indéfectible de sa petite sœur, elle est bien décidée à rester saine d'esprit suffisamment longtemps pour aller à l'université. Plutôt optimiste quant au résultat, Alex croise la route de Miles, qu'elle était persuadée d'avoir imaginé de toutes pièces... Avant même qu'elle s'en rende compte, voilà que la jeune femme se fait des amis, va à des soirées, tombe amoureuse et goûte à tous les rites de passage de l'adolescence. Mais alors, comment faire la différence entre les tourments du passage à l'âge adulte et les affres de la maladie ? Tellement habituée à la folie, Alex n'est pas tout à fait prête à affronter la normalité. Jusqu'où peut-elle se faire confiance ? Et nous, jusqu'où pouvons-nous la croire ?

Un roman surprenant, prenant et terriblement bien écrit qui nous plonge dans les tourments quotidiens d'une jeune ado schizophrène...

Il a une réelle empathie qui se noue très rapidement avec Alex et c'est là le point fort du roman. La maladie fait partie d'elle, elle est indissociable de ce qu'elle est et dès les premières pages on comprend combien son combat est effrayant et quotidien.
Zappia nous livre un roman impactant, qui lève le voile sur une pathologie mal connue du grand public et souvent mal perçue : un roman d'utilité publique si je puis dire.

Le lecteur est aussi perdu qu'Alex entre réalité et mensonges de son cerveau, confronté à cette réalité : que croire quand on ne peut pas se fier à ce qu'on l'on voit, entend, ressent ? Terrible...
C'est donc un roman qui m'a touché au cœur et qui m'a ouvert ouvert les yeux aussi, je ne peux que vous le conseiller fortement !

Merci aux éditions Robert Laffont et tout particulièrement à l'équipe de la Collection R pour cette lecture.



Francesca Zappia, Je t'ai rêvé

jeudi 7 avril 2016

Les Chroniques de Dani O'Malley T2 : Burned

Ce soir, j'ai peut-être vaincu l'un des pires Unseelies de tous les temps, mais le silence et la désolation qui règnent dans ce qui était autrefois le coeur de Temple Bar me donnent le cafard. Je veux retrouver mon Dublin. Je veux que cette foutue glace disparaisse. Alors que je viens de faire halte, maussade, l'extrémité d'un objet dur et pointu se pose soudain dans mon dos. - Lâche ton épée, Dani, dit Mac derrière moi.

Cette chronique pourrait se résumer par un "Rhaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa" mais je vais essayer de développer un peu :)

Attendue et vite dévorée cette suite comble toutes les frustrations du tome précédent et en apporte de nouvelles, Karen Marie Moning est juste incroyable !
L'énorme plaisir de ce tome, celui quasi-immédiat c'est qu'on retrouve au plus près les personnages principaux de la première saga Les chroniques de MacKayla Lane (oui oui Barrons et Mac !!!!) en plus de ceux plus présents au sein de cette saga et qu'on découvre un peu mieux (surtout sur les hommes de la bande à Barrons). On découvre aussi le sort de Christian, qu eje ne pensais pas revoir si vite... Au final, surprise le personnage le plus absent de ce tome c'est Dani elle-même et c'est aussi le cœur de l'intrigue de tome.

C'est un tome moins sage que le premier (graou !!) et qui apportent plus d'éclaircissements et de révélations aussi tout en générant de nouvelles questions. Une fois encore on a hâte de lire le suivant.
Pour le reste, on retrouve bien l'ambiance et le style est plus proche de celui de la première saga (principalement parce qu'en grande partie c'est un récit point de vue Mac). C'est toujours drôle - les dialogues Barrons/Mac m'avaient manqué ! - surprenant et un peu décalé à la fois, avec peut-être juste un peu moins d'action que dans certains autres tomes sur cet univers.

Donc voilà, je me suis régalée de bout en bout, j'ai pris plaisir à retrouver les personnages de la première saga et l'évolution de l'intrigue de celle-ci me plait beaucoup, j'ai vraiment très très hâte de passer à la suite !!



Karen Marie Moning, Les chroniques de Dany Mega O'Malley, Tome 2 : Burned

***Du même auteur***
Les chroniques de MacKayla Lane :
Tome 1 : Fièvre noire
Tome 2 : Fièvre rouge
Tome 3 : Fièvre faë
Tome 4 : Fièvre fatale
Tome 5 : Fièvre d'ombre
Les chroniques de Dani O'Malley :
Tome 1 : Iced
Les Highlanders :
Tome 1 : La malédiction de l'elfe noir

vendredi 1 avril 2016

Extraits choisis #64

- Eh bien, mademoiselle Lane ?
- Je réfléchis.
- Ne vous faites pas mal.

Karen Marie Moning, Les chroniques de Dany Mega O'Malley, Tome 2 : Burned

jeudi 31 mars 2016

Lily Bard, Tome 3 : Sombre célébration

Depuis le drame que j’ai vécu, mes visites à Bartley se sont faites rares. Mais aujourd’hui, me voilà de retour dans ma ville natale pour assister au mariage de ma sœur, qui m’a désignée comme sa demoiselle d’honneur. Malheureusement, j’ai bien l’impression qu’une nouvelle tragique est sur le point de s’inviter à la table. “Si quelqu’un s’oppose à cette union, qu’il parle maintenant ou se taise à jamais !” Il semblerait que j’aie trois jours pour trouver la réponse !

Un tome qui permet de découvrir notre héroïne dans un autre environnement et à travers ses liens familiaux, miam !

Outre l'enquête de tome qui porte sur des kidnappings et qui joue son rôle une fois de plus, cet opus lève le voile sur le passé de Lily ; "l'avant agression" ce qui ne la rend que plus attachante encore.
Autre différence avec les tomes précédents, ici notre héroïne n'est plus isolée socialement. Ce n'est pas facile pour autant, elle est même carrément mal à l'aise la plupart du temps ce qui nous montre une autre facette du personnage.

L'autre bon point c'est la présence de Jack, leur relation s'affirme et un équilibre s'installe peu à peu.

Dans l'ensemble on reste dans les mêmes tons, une enquête différente mais toujours bouclée en un tome et qui même si elle bien menée ne comblera pas les vrais fans de thriller.
C'est une nouvelle fois une lecture légère et divertissante, j'apprécie cet équilibre entre la partie polar et le reste. Je me suis attachée à Lily et je la retrouve toujours avec plaisir ! Plus que deux tomes malheureusement, je vais faire trainer un peu...



Charlaine Harris, Lily Bard, Tome 3 : Sombre célébration

***Du même auteur***
La communauté du Sud :
Tome 1
Tome 2
Tome 3
Tome 4
Tome 5
Tome 6
Tome 7
Tome 8
Tome 9
Interlude mortel
Tome 10
Mariage mortel
Tome 11
Tome 12
Tome 13
Les mystères de Harper Connelly :
Tome 1
Tome 2
Tome 3
Tome 4
Lily Bard :
Tome 1
Tome 2

mercredi 30 mars 2016

Perdue et retrouvée

Essayez d'imaginer :
Une enfant kidnappée. Une famille déchirée.
Lentement, au fil des ans, cette famille va recoller les morceaux.
Elle reste un peu fragile, bien sûr, mais toujours unie.
Et voilà que l'enfant, devenue adulte, revient à la maison...
C'est là que l'histoire commence. Et si la fin du cauchemar n'était que le début d'un autre ?

C'est toujours avec une certaine impatience et curiosité qu'on attaque un nouveau Cat Clarke, on ne sait jamais trop à quoi s'attendre si ce n'est à être surpris ! Ce tome ne change pas la donne !

L'auteur nous offre cette fois une histoire familiale, centrée sur deux sœurs pour être exacte, touchée par un drame : l'enlèvement d'une des deux petites filles.
Elle réapparait bien des années plus tard, changée, irrémédiablement et tout le roman tourne autour des non-dits, de la culpabilité, de la fêlure de la relation des deux sœurs et de ce qui ne pourra pas être réparé...
Enfin c'est ce qu'on pourrait penser de prime abord, mais une fois encore c'est Cat Clarke, ça ne peut être aussi simple !

Le roman est mené par Faith, la sœur "survivante" qui a du grandir dans l'ombre de cette sœur disparue, triste célébrité malgré elle d'un faits divers en somme.
Cat Clarke nous propose là un personnage complexe et attachant, qui passe par une foule d'émotions et qui rend le roman à la fois chargé et très humain : la joie des retrouvailles, la culpabilité, le doute, la suspicion, la colère aussi...

Honnêtement je ne peux pas vous en dire plus sans vous dévoiler des points clés du roman ce qui gâcherait vraiment la lecture, aussi me contenterai-je de vous dire que ce livre m'a mis une claque ! Il est riche émotionnellement, surprenant et vraiment bien écrit, foncez !

Merci aux éditions Robert Laffont et tout particulièrement à l'équipe de la Collection R pour cette lecture.



Cat Clarke, Perdue et retrouvée

***Du même auteur***
Confusion
Cruelles
A kiss in the dark

mercredi 16 mars 2016

La ballade des lucioles

Il paraît qu’on n’oublie jamais son premier amour…

Elias aime Brooke depuis toujours. À l’époque où ils n’étaient encore que des enfants, il attrapait des lucioles pour elle en attendant de pouvoir lui décrocher la lune. Ivre de liberté, animée par une soif d’absolu qui la fait vivre plus intensément, Brooke est irrésistible. Mais au fil des années, son côté sombre prend le dessus. Refusant de révéler sa fragilité à Elias, elle disparaît sans donner signe de vie. Quand ils se retrouvent, quatre ans plus tard, leur amour est resté intact. C’est alors qu’un drame menace de tout faire voler en éclats. Brooke prend la fuite et Elias décide de partir avec elle : il a juré que plus rien ne les séparerait. À la vie, à la mort.

J'avais passé un bon moment avec Loin de tout même si ce n'était pas un coup de cœur je garde bon souvenir de la plume de Rederski et surtout de son ambiance, j'ai donc eu envie de replonger avec ce roman sur deux des personnages croisés par nos héros de ce premier roman pendant leur road-trip.

On reste dans le même registre, les mêmes tons.
C'est une histoire différente bien sûr, mais on retrouve bien l'ambiance et le style de Loin de tout (si vous l'avez lu et aimé vous pouvez y aller les yeux fermés en résumé).
A dire vrai j'ai été plus séduite par cette fameuse plume, cette ambiance et par les personnages que par l'histoire en elle-même qui ne m'a pas vraiment convaincue (et qui réitère bien trop les ficelles du premier roman justement).

A travers une construction en alternance de point de vue (même si il m'a semblé qu'on était plus souvent dans la tête d'Elias que dans celle de Brooke) nous repartons pour un road-trip qui est en vérité une fuite en avant qui ne peut pas bien se terminer... Et quelque part ce côté "fuite" + "ça ne peut pas bien se terminer" fait suite à une mauvaise décision qui m'a perturbé tout au long de ma lecture, dommage !

Le vrai plus de ce roman c'est Elias, j'ai vraiment apprécié ce personnage à la fois solide et fidèle. Brooke m'a moins convaincue au départ (et puis cette mauvaise décision c'est surtout la sienne à l'origine !) mais elle se découvre peu à peu et on apprend à l'apprécier aussi.
Le groupe de personnages secondaires est déroutant mais attachant et permet d'aborder des thèmes plus larges...

En résumé j'ai passé un bon moment grâce à l'ambiance et aux personnages mais encore une fois des défauts au niveau du scénario ont gêné ma lecture.



Jessica Ann Redmerski, La ballade des lucioles

***Du même auteur***
Loin de tout

mardi 15 mars 2016

L'amour est dans le foin

Et si l'amour se trouvait dans une botte de foin ?Mais qu'est-ce qui lui a pris d'accepter ce plan foireux ? Et pire encore : pourquoi a-t-elle fait ce stupide pari avec ses copines ?
Résultat, voilà que Louise est : 1) bloquée au fin fond de la campagne (celle avec de la vraie boue et des vraies bêtes) dans la maison d'une-amie-d'une-amie pour un long, un interminable mois de « vacances »2) condamnée à une abstinence forcée (fichu, fichu pari ! et fichues copines !) Pour une parisienne pure souche qui ne vit que pour son travail et ne connaît pas le sens du mot « repos », ce séjour s'annonce plutôt douloureux. Jusqu'à ce que deux spécimens locaux viennent troubler ses bonnes résolutions vertueuses. D'un côté, Joffrey, bel apiculteur au sourire canaille. De l'autre, Arnaud, artisan en charge des travaux de la grange, dont les manières rustres et la bougonnerie n'ont d'égal que le pouvoir ensorcelant de ses muscles. Et elle qui pensait se trouver à mille lieues de toute tentation...

J'aime bien Morelli, son Homme idéal (en mieux) m'a laissé un bon souvenir, celui d'un moment détente et léger, drôle aussi... Je n'ai donc pas hésité longtemps devant cet ebook :)

Et j'ai bien fait parce que c'est exactement ce à quoi je m'attendais : de la romance légère et du rire !
Alors oui, certains diront que c'est prévisible, un peu cliché... Certes, peut-être, mais pour moi le roman est à l'attente, je ne l'ai pas acheté pour réfléchir mais pour me détendre : pari réussi. C'est bien écrit, c'est drôle et ce n'est pas mièvre, je n'en demandais pas plus !
J'ai aimé voir Louise se débattre avec ses mauvais choix, s'embourber dans la campagne avant d'y prendre goût... Morelli a un vrai don pour les personnages, ils sont vrais, attachants et on prend grand plaisir à les voir évoluer.

Pour moi c'est une bonne lecture de plage ou de plaid (selon la saison !), sans autre prétention que celle de faire passer à ses lectrices un moment agréable et léger.



Angela Morelli, L'amour est dans le foin

***Du même auteur***
L'homme idéal (en mieux)

vendredi 4 mars 2016

Pardonne-moi, Leonard Peacock

En plus du P-38, le flingue de mon grand-père, il y a quatre paquets, un pour chacun de mes amis. Je veux leur dire au revoir correctement. Je veux qu'ils gardent un souvenir de moi. Qu'ils sachent que je suis désolé d'avoir dû leur fausser compagnie. Qu'ils ne sont pas responsables de ce qui va se passer... " Aujourd'hui, Leonard Peacock a dix-huit ans. C'est le jour qu'il a choisi pour tuer son ancien meilleur ami. Ensuite, il se suicidera. Plus tard, peut-être, il se dira que c'est OK, voire important, d'être différent. Mais pas aujourd'hui.

Un roman déroutant, vraiment. Aujourd'hui encore j'ai du mal à mettre des mots sur le ressenti de lecture...

Cette collection a vraiment l'art de sélectionner des romans jeunesse qui sortent des sentiers battus et qui méritent qu'on s'y attarde, celui-ci n'est pas un coup de cœur mais j'ai passé un moment intéressant avec Leonard.
Ce roman s'adresse tout particulièrement aux adolescents, il traite à la fois de leur problèmes relationnels, sociaux, sentimentaux et de la solitude qui en découle, le tout avec la sensibilité à fleur de peau particulière de cette période de transition avant la vie d'adulte.

Leonard n'est pas un personnage attachant de prime abord. Ce n'est pas un héros, ni même un anti-héros, juste une personne en devenir, un peu paumée et qu'on apprend à connaître et à apprécier au fur et à mesure de la lecture.
Il finit par nous devenir sympathique et d'une manière ou d'une autre on reconnait tous un peu l'ado que l'on a été nous aussi...

Côté scénario, il se veut assez choc à la base (il n'y a qu'à lire le quatrième de couverture) mais le "pourquoi" l'emporte vite sur le reste puis vient le "va-t-il vraiment le faire ?" bref tout ce qu'il faut pour nous tenir accrocher.
Reste que là aussi, c'est plus subtil qu'il n'y parait. Mathew Quick ne se contente pas de nous livrer la résolution meurtrière d'un ado prise sur un coup de tête.Le jour se fait peu à peu sur les motivations, sur la mise en scène, sur les brèches du personnage.

J'ai découvert Mathew Quick avec ce roman et je replongerai avec plaisir ; c'est travaillé, réfléchi, bien écrit et empreint de réalisme.

Merci aux éditions Robert Laffont et tout particulièrement à l'équipe de la Collection R pour cette lecture.



Mathew Quick, Pardonne-moi, Leonard Peacock

mercredi 17 février 2016

Extraits choisis #63

Les personnes sont des vagues ; oui, c’est ça. Il y a celles qu’on voit frémir à l’horizon, celles qui nous touchent puis se rétractent, celles qui nous font couler... et celles qui nous portent.

Samantha Bailly, Les stagiaires

- page 1 de 121